Linguapress.com -  Ressources pour la classe d'anglais
Les archives Linguapress.com Advanced level reading resources Intermediate reading resources English grammar online

Online English Grammar
Advanced level reading resources
Intermediate English reading resources
Word games and puzzles
Resources for visiting Britain

Notre partenaire :
Angleterre.org.uk

Grammaire anglaise
Civilisation britannique



La compréhension écrite : un choix d'approches

Comment tirer le maximum de l'étude d'un article ou autre document écrit en classe d'anglais


Index : Compréhension écrite : l'approche classique Dix idées pour utiliser des documents écrits en classe

Partagez cette page

Etudier un document écrit: l'approche classique

La technique classique utilisée pour développer les compétences des élèves en lecture est l'activité dite de «compréhension». En termes pratiques, dans la classe d'anglais, il s'agit souvent de lire ou faire lire un document au moins trois fois, de différentes manières, avant de demander aux élèves de répondre à des questions sur le texte, soit des questions simples où l'élève doit écrire ou copier une réponse, soit des QCM.
   C'est la méthode très souvent utilisée pour contrôler les compétences de l'élève – par exemple au baccalauréat : et étant donnée la nature de l'exercise, et laissant de côté pour l'instant la question de la nature et de la qualité des questions à choix multiple,  c'est un exercise qui répond relativement bien aux besoins de contrôle des connaissances.
   Mais avant d'analyser un peu les avantages, les inconvénients et l'utilité des excercises de compréhension écrite, rappelons dans un premier temps la méthodologie de la lecture d'un document en classe de langue.
    Il existe trois méthodes principale de lecture, qui sont : a) la lecture silencieuse individuelle, b) la lecture à haute voix par l'enseignant, ou le passage d'un document enregistré, et c) la lecture à haute voix par les élèves, à tour de rôle.
   Chaque méthode a ses avantages; mais pris ensemble, le résultat doit être encore meilleur. Toutefois, de nombreux enseignants ont du mal à savoir quoi faire pendant le silence qui règne (on l'espère) lorsque les élèves sont invités à lire silencieusement un article qui peut prendre cinq à huit minutes, voire plus. Pour cette raison, il est souvent préférable de commencer une tâche de compréhension en lecture, en demandant aux élèves de lire un article à la maison ou en études, avant de venir  en classe. L'enseignant peut alors être plus utilement employé à piloter ses élèves à travers les deux autres étapes du processus de lecture - lecture à tour de rôle par les élèves, et enfin lecture par le professeur ou passage d'une bande sonore..
    Entre les différentes étapes de lecture , les étudiants et les enseignants peuvent explorer et élucider toutes les questions de vocabulaire et de grammaire, afin qu'au moment de la lecture finale, le document et son contenu soient désormais familiers. Dans ces circonstances, l'activité de compréhension écrite peut se transformer en activité de compréhension orale, surtout si les élèves ne suivent plus le document écrit qu'ils connaissent déjà.

     La procédure ci-dessus peut être appliquée à pratiquement n'importe quelle ressource de lecture dans les archives Linguapress; mais c'est juste un début. Et les exercises de contrôle - questions ou QCM - sont précisément cela; des exercises de contrôle.
    Toutefois, en dehors des sessions de contrôle prévues, la classe d'anglais ne doit pas être habituellement une opération de contrôle des connaissances, mais une opération d'acquisition des connaissance. Les deux sont bien différentes, même si cette différence est trop souvent oubliée.
    Ainsi nous énumérons ci-dessous un choix d'autres exercices et activités qui peuvent être utilisés pour une meilleure exploitation en classe du document écrit, pour développer les compétences et les connaissances des élèves non seulement en lecture et en compréhension, mais aussi en expression écrite et orale, en grammaire, en déduction, en logique, et autres compétences. Toutes ces méthodes ne se prêtent pas à tout document; lesquels choisir dépend de la nature, de la difficulté et du contenu linguistique et narratif de chaque document. Lire, en soi, n'est que la première partie de l'utilisation de documents écrits dans la classe d'anglais.
     La liste d'idées ci-dessous est loin d'être exhaustive; mais voici donc un début de liste d'idées pour tirer le maximum possible de l'étude de documents écrits dans la classe d'anglais.

Dix idées pour utiliser des documents écrits en classe d'anglais.

Voici une liste des différentes façons de travailler avec des articles et des histoires dans la classe de langue. 

  •  Lecture à pauses: (à faire quand les élèves sont déjà familiarisés avec le document) Les élèves ferment leurs livres ou cachent l'article; l'enseignant commence alors la lecture du texte à haute voix, mais s'arrête à des points significatifs (points de grammaire, points de contenu, ou peu de temps avant la fin de phrase ou proposition) et demande aux élèves de rappeler les mots ou expressions qui doivent suivre. Attention: cette activité peut avoir besoin d'être bien gérée, surtout si un ou des étudiants forts en mémoire commencent à monopoliser la procédure.
  • Les exercices à trous :  Ceux-ci peuvent être facilement préparés par l'enseignant, en utilisant un simple copier-coller du texte de l'article original, pour créer  un nouveau document en traitement de texte. Les exercices à trou peuvent être créés pour cibler le vocabulaire utile, ou des points de grammaire - par exemple, en supprimant tous les auxiliaires modaux  d'un texte, ou tous les articles (the, a, an, some, any, Ø (aucun article)). De nombreux articles dans l'archive linguapress.com sont accompagnés d'exercices à trous.
  • Les terminaisons. Variante de l'exercice à trous. Au lieu de supprimer des mots du document, l'enseignant supprime tous ou la plupart des suffixes ou terminaisons fonctionnels d'une partie d'un document que les élèves ont étudié. Les terminaisons à supprimer peuvent être verbales (ed, ing, s, Ø (pas de terminaison)), ou nominales ou adverbiales ou adjectivales (-al, -ous, -ment, ing, ly, etc)
  • Retour aux questions :. Sélectionnez une demi-douzaine de phrases courtes dans un article, et demander aux élèves de reconstituer des questions auxquelles chacune de ces phrases pourrait être la réponse. Exemple;  si vous choisissez la phrase "Barack Obama was born in Honolulu in 1961", les questions pourraient être: «Where was Barack Obama born?", "When was Barack Obama born ?" et ainsi de suite.
  • Contraction de texte : Demander aux élèves de produire une version abrégée de l'article qu'ils ont lu. Cela peut prendre plusieurs formes; la tâche essentielle est de réduire d'un article à une fraction donnée (quart, moitié, etc) de sa longueur d'origine. Une tâche plus exigeante peut être de demander aux élèves de réduire une partie d'un texte à un nombre de mots précis. Par exemple, prendre un paragraphe de 150 mots, et demander aux élèves de le réduire à exactement 75 mots. Ou pourquoi pas à 140 signes, la longueur maximale d'une tweet sur Twitter. Fait à deux, en paires,  cela peut aussi être un bon moyen d'amener les élèves à négocier les points délicats d'expression.
  • Retour aux sources : De nombreux articles sont écrits après qu'un journaliste ou un écrivain a interviewé un expert ou le témoin d'un événement. Avec des articles appropriés, les élèves peuvent être invités à reconstituer un interview à partir des informations données dans l'article. C'est une bonne activité pour travailler à deux, et peut être suivie, si la classe n'est pas trop grande, par des jeux de sketch.
  • Les QCM. Les questionnaires à choix multiple. Ce sont des exercices très classiques, qui accompagnent un grand nombre de textes  sur une multitude de sites web pour l'apprentissage des langues ; malheureusement, ils sont souvent très mal conçus. Les questions de QCM ne doivent être ni trop simplistes, ni trop compliquées. Un QCM qui demande: "Barack Obama was born in ... a) 1691, b) 1961, c) 1991" ne contrôle aucunement les connaissances linguistiques de l'élève, juste son bon sens ou peut-être ses connaissances générales. A l'inverse, les bons QCM devraient être solutionnables sans faire appel à des connaissances que les étudiants peuvent avoir acquises en dehors de la classe de langue.
       Les QCM  de vocabulaire doivent pouvoir contrôler le vocabulaire acquis des élèves, et vérifier leur capacité à lire logiquement. Par exemple, la phrase suivante comprend un mot qui est probablement nouveau pour les étudiants, le mot invaluable. "The thieves stole three paintings, notably an invaluable portrait of Jan Hoots, by Rembrandt." Une bonne question à choix multiple dans ce cas pourrait être: Invaluable means:  a) without value,  b) of medium worth,  c) of great value.   La clé pour choisir la bonne réponse est la capacité de l'élève à se remdre compte du rôle et de la signification dans la phrase du mot notably. Une pauvre QCM serait a) ancient,  b)  incredible  c) expensive. Dans ce cas, logiquement chacune des trois réponses est possible; la seule chose contrôlée par ce second exemple est le vocabulaire basique acquis du lecteur.
      Attention aussi à la manière de noter les réponses aux QCM. L'étudiant qui a 50% de bonnes réponses ne doit pas obtenir la moyenne! Il y aura dans ses bonnes réponses certaines où il aura coché au pif. Avec 50% de mauvaises réponses, la note ne doit pas être très bonne.
  • Vrai ou faux: l'enseignant va produire un certain nombre de phrases sur la base de l'article, dont certaines sont vraies, selon l'article, d'autres sont fausses. Les élèves lisent l'article et doivent déterminer lesquels des énoncés sont vrais. Version étendue de cette activité; les étudiants doivent justifier leurs réponses.
  •  Exercice de ponctuation. L'enseignant copie une partie d'un texte que les élèves ont déjà lu, mais supprime tous les signes de ponctuation (pas oublier de l'enlever les majuscules). Les étudiants doivent remplacer la ponctuation afin que le texte se lise à nouveau de manière cohérente. Notez que cela ne signifie pas nécessairement reconstituer exactement la même ponctuation que le texte original. Des variantes peuvent sont toujours possibles. C'est un exercice peu utilisé mais qui est très précieux. Malheureusement, de nombreux étudiants, même à un niveau avancé (y compris les doctorants), semblent croire que la ponctuation fait partie des options facultatives pour écrire un texte.
  •  Corriger les erreurs. Alors que certains enseignants estiment que les élèves ne doivent jamais être confrontés délibérément à un texte contenant des erreurs, cela n'est pas sans avantages. La vérification des erreurs exige une lecture très soigneuse d'un document, et l'élève doit faire attention à toutes sortes de points; il apprend à chercher les erreurs, et ainsi à lire ce qui est effectivement sur la page, non pas ce qu'il pense devrait être écrit sur la page. C'est une bonne habitude linguistique à prendre, qui les incitera à relire de près ce qu'ils écrivent. Bien lire sa copie est souvent très souhaitable dans la vie.